Guy DECROIX

Guy DECROIX

Guy DECROIX

Je suis né d’une famille ouvrière, à Laon en Picardie où je suis resté jusqu’à la fin de mes études secondaires. Arrivé à Brest pour y suivre des études d’ingénieur, je suis embauché par DCAN Brest pour assurer l’entretien des matériels optiques des sous-marins nucléaires. C’est à Brest aussi que je rencontre mon épouse, Claire, et que naissent nos deux premiers enfants, Maël et Marion.

1982, mutation à DCAN Lorient. Nous nous installons dans la campagne de Guidel, au Guerveur, à 5 Km du bourg, aux limites de Gestel. Nous y rénovons une longère en pierres qui voit la naissance de Virginie et Quentin. Nos enfants suivent leur scolarité aux écoles publiques de Polignac et Prat-Foën puis au collège de Quéven. C’est l’occasion d’adhérer à l’association des parents d’élèves dont j’assure l’animation pendant plusieurs années de la maternelle au collège. Professionnellement, j’occupe des postes à l’atelier coque, au bureau d’études, au transfert de technologie, à la qualité des études.

1999 : suite à une opportunité de développement de carrière pour mon épouse, à Paris, toute la famille quitte la Bretagne. Nos enfants entament et terminent leurs études supérieures en région parisienne et ont le bonheur de trouver un emploi qui leur plaît. Programme de sous-marin export, investissements et politique industrielle, gestion prévisionnelle des emplois et compétences et direction qualité du département nucléaire civil, sont mes activités au siège de Naval Group durant cette période. En parallèle, pendant 10 ans, je suis délégué syndical du premier syndicat du siège de l’entreprise.

2015, je suis en retraite, mon épouse également en 2016. Depuis nous rénovons un des moulins de la saudraye et nous attendons notre huitième petit enfant pour le printemps prochain.

Que ce soit dans le milieu scolaire, le milieu professionnel ou syndical, ma motivation essentielle a toujours été le bien être de mon entourage. J’ai trouvé la même motivation parmi les personnes qui constituent la liste mise sur pied par Henri Lamy, le goût du bien être des autres et plus important encore, la volonté du bien être des générations futures